Sur quoi se base la thérapie cognitive?

La base de la thérapie cognitive est l’idée qu'une personne peut influencer ses idées et ses pensées (cognitions), son comportement, son expérience et donc ses sentiments. Des pensées telles que «Je dois être parfait» ou «Tout le monde devrait m'aimer» peuvent mener à des tensions, au stress et à une perception de soi-même négative. Si nous interprétons une situation comme neutre et normale (par exemple, «c’est normal de faire des erreurs» ou «je vais bien même si quelqu'un ne m'aime pas»), nous nous sentons plus détendus et plus calmes.


Bien que nous ayons acquis dans le passé – surtout dans l’enfance- plusieurs attitudes qui ont conduit à nos problèmes actuels, la thérapie cognitive (comparée à d’autres approches psychothérapeutiques) ne se focalise pas sur le passé mais sur l'ici et maintenant. La thérapie cognitivo-comportementale consiste à remodeler les jugements et les pensées inappropriés qui mènent à des sentiments négatifs tels que l'anxiété et la colère, voire à une dépression.


Voici quelques pensées qui typiquement nous empêchent d’adopter un comportement adéquat et d’avoir des expériences émotionnelles positives dans la vie quotidienne:

  1.  La pensée dichotomique tout noir – tout blanc: La personne juge ses expériences comme étant soit totalement bonnes soit totalement mauvaises, elle ne considère pas les nuances.

    Exemple
    Pensée inadéquate: "Si je ne suis pas le meilleur, je suis un raté."
    Pensée utile: "Je n'ai pas réussi dans ce travail, mais j'ai réussi dans d'autres projets."
     
  2. La catastrophisation: La personne fait des prédictions négatives de manière générale. Même si d’autres possibilités de considérer l’avenir sont plus probables, elle ne les envisage pas.

    Exemple
    Pensée inadéquate: «Quand je mettrai fin à ma relation, je ne retrouverai plus jamais de partenaire. »
    Pensée utile: "Il y a toujours de nouvelles opportunités dans la vie".
     
  3. La réinterprétation positive: La personne attribue ses succès personnels aux circonstances et non à elle-même. Elle s’évalue négativement.

    Exemple
    Pensée inadéquate: "J’ai réussi l'examen uniquement parce que j’ai eu de la chance."
    Pensée utile: "J'ai réussi à me concentrer sur l'essentiel lors d'un examen."
     
  4. La lecture de pensée: La personne a l’impression qu’elle connaît les pensées négatives d’autrui à son égard.

    Exemple
    Pensée inadéquate: "Mon patron pense que je ne suis pas capable."
    Pensée utile: "Tant que le patron ne se plaint pas, c’est qu’il est satisfait."
     
  5. La personnalisation: La personne suppose que c’est uniquement à cause d’elle qu’une autre personne se comporte de façon inappropriée.

    Exemple
    Pensée inadéquate: "Mon collègue ne m'a pas salué aujourd'hui, alors il ne m'aime pas."
    Pensée utile: "Mon collègue était très occupé aujourd'hui et ne faisait pas attention à son environnement."
     
  6. La déclaration impérative: La personne  a une idée rigide de la façon avec laquelle on doit se comporter dans certaines situations.

    Exemple
    Pensée inadéquate: "Mon patron devrait être plus reconnaissant."
    Pensée utile: "Je ne peux pas changer mon patron. Il exprimera plus de reconnaissance lorsqu’il sera prêt pour ça. "
     

Quelle est la durée d’une thérapie?

La thérapie cognitive est en général une thérapie à court terme. Habituellement, une thérapie dure entre 10 et 30 séances. Si un problème existe depuis longtemps ou si le problème est lié à un traumatisme, le traitement prend plus de temps. La réussite de la thérapie dépend entre autre de la volonté de travailler activement sur soi-même, de faire des tâches à domicile  et d’expérimenter de nouveaux comportements.

 

Comment se déroule une thérapie cognitive?

La thérapie cognitive est une des méthodes psychothérapeutiques les mieux étudiées. D’innombrables recherches scientifiques ont testé et confirmé l’efficacité des méthodes et des stratégies thérapeutiques utilisées.

 

Durant les séances de thérapie - en plus de l’entretien - diverses méthodes complémentaires sont utilisées, telles que des techniques de relaxation, des méthodes de confrontation, de désensibilisation systématique, des exercices d’imagination, des tâches à domicile, etc.



Les objectifs thérapeutiques

  • Rendre conscient le patient de ses pensées inappropriées / erreurs de pensée
  • Le soutenir dans le développement de pensées plus utiles et dans le changement de son comportement
  • Lui permettre d’améliorer ses compétences en résolution de problèmes, afin qu'il puisse résoudre lui-même ses problèmes à l'avenir.

Entre les séances thérapeutiques. des exercices comportementaux aident à renforcer le changement élaboré en séance.